Intervenance

A PROPOS D'INTERVENANCE
Accueil > Actualités > Actualités de nos consultants > Protrait de métier > Détail

Actualités de nos consultants

 

Per Fjelddahl, ancien vice-président de McDonald’s Europe, consultant en organisation de production

« Je n’allais quand même pas passer mon temps à nourrir les canards et les pigeons ! » Per Fjelddahl, ex vice-président de McDonald’s Europe, fait partie de cette nouvelle génération de « papy-boomers » qui, à l’âge de la retraite, n’ont pas envisagé une seconde de raccrocher les gants. L’inactivité, la routine, la nostalgie… Très peu pour lui ! Une fois passé les 65 ans, il a préféré s’offrir une nouvelle vie professionnelle, en tant que consultant en organisation de production. Chronique d’une reconversion réussie, menée au sein de la société Intervenance. Beaucoup de gens attendent la retraite avec impatience. Pourquoi avoir fait le choix de continuer à travailler ? P.F. : Parce que la vie professionnelle, c'est un peu comme une addiction. Quand elle est épanouissante, vous n'arrivez plus à vous en passer ! Pendant les 21 ans que j'ai passés au sein de McDonald's France et McDonald's Europe, j'ai connu de vraies et profondes satisfactions professionnelles. L'expérience la plus intéressante que j'ai vécue a été de participer à l'extension de la chaîne dans de nouveaux pays, et de jouer à cette occasion un rôle d'ambassadeur, afin de faire tomber les clichés liés à la restauration rapide et de sensibiliser aux valeurs de la marque McDonald's. J'ai eu l'occasion de collaborer à ce type de projets à plusieurs reprises, en Espagne, au Portugal, en Grèce, Italie ou encore à Malte, Maroc, Ile de la Reunion et Ile Maurice. Difficile, après une carrière aussi passionnante, d'accepter de se retrouver inactif du jour au lendemain ! Pour éviter un choc trop brutal, j'avais besoin de maintenir un rythme de croisière, au moins pendant les premières années de ma retraite. Avez-vous envisagé de quitter la France pour un pays moins rigide, sur le plan des règles de cumul emploi retraite ? P.F. : Non, parce que j'aime profondément la France, que j'y ai passé les plus belles années de ma vie, et que je n'avais aucune envie de refaire une nouvelle fois mes valises. Par ailleurs, il ne faut rien exagérer, les règles de cumul emploi retraite, telles qu'elles existent aujourd'hui dans l'Hexagone, permettent tout à fait de s'en tirer si on a envie de le faire. Le principe général est le suivant : vous pouvez travailler autant que vous le voulez en conservant vos droits à votre pension, tant que le montant total de votre rémunération n'excède pas celle que vous perceviez au moment de prendre votre retraite. Mais avec l'ingénierie cumul/emploi retraite développée par Intervenance, j'ai la possibilité d'aménager mon temps de travail, et d'adapter ma rémunération indépendamment de mon coût d'intervention. Avez-vous eu des difficultés à trouver des opportunités de missions ? P.F. : Absolument pas, dans la mesure où je me suis positionné sur un secteur d'activité extrêmement pointu, sur lequel existe une demande très importante. Plus précisément, mon rôle, aujourd'hui, consiste à conseiller les nombreuses sociétés qui ambitionnent de collaborer avec McDonald's… et on peut dire qu'il y a du travail ! En effet, McDonald's a fixé des normes de recrutement extrêmement pointues dans le choix de ses fournisseurs, afin d'assurer la qualité de son approvisionnement et d'éviter à tout prix des scandales liés aux conditions de fabrication des produits commercialisés. Imaginez, par exemple, l'effet dévastateur que pourrait avoir une enquête révélant que les jouets des Happy Meals sont fabriqués par des enfants en Chine ! McDonald's se doit d'être irréprochable à tout point de vue, y compris dans la vérification des pratiques de ses sous-traitants et des sous-traitants de ses sous-traitants. Dans ce contexte, un fournisseur potentiel doit effectuer un véritable parcours du combattant avant d'être accepté par la marque. En ce moment, par exemple, je travaille pour une société américaine de produits alimentaires possédant d'importantes entités de production, et il est prévu que ma mission s'étale sur 2 ans… sans compter le suivi post-opérationnel ! Pourquoi avoir fait le choix de l'Isalariat pour votre reconversion professionnelle ? P.F. : Dans la vie, il faut savoir être lucide. Ma vie professionnelle n'est pas destinée à se prolonger indéfiniment : 2, 3 ou 5 ans au maximum. Dans ce contexte, à quoi bon créer ma propre entreprise ? Cela reviendrait à mener des procédures administratives extrêmement compliquées… pour devoir faire la démarche inverse quasiment aussitôt ! Pour des seniors dans ma situation, la solution de l'Isalariat s'impose presque comme une évidence. D'une part, elle me permet d'être soulagé de toute la gestion de mon activité. D'autre part, Intervenance m'a réellement soutenu dans la phase amont de mes interventions : accompagnement commercial, positionnement de mon offre, conseil en tarification…..Cette nouvelle dynamique me permet de gérer de manière optimale une carrière professionnelle au-delà de mon départ à la retraite !

accueil          plan du site          infos légales            imprimer          recommander          aA          Contact